Recherche et création 

Enjeux épistémologiques d’un savoir transdisciplinaire 

Le comité d’organisation de ce Groupe de travail émergent est composé de : Emilie Balteau (Centre Pierre Naville, Université d’Evry Paris-Saclay, France) Hélène Tilman (ED20, ULiège, École Supérieure des Arts de Liège, Belgique) Hanane Idihia (Centre Pierre Naville, Université d’Evry Paris-Saclay, France) Alexandra Tilman (Sociologue indépendante) 

ARGUMENTAIRE 

Le rôle du Groupe de Travail Émergent en Recherche-Création est d’offrir un  environnement propice au développement de la recherche-création entendue comme  l’ensemble des travaux qui reposent sur l’articulation entre sciences humaines et arts,  entre savoir socio-anthropologique et expression artistique.  

L’articulation dont il est question dans la recherche-création est celle du  « avec », l’art avec la science et la science avec l’art, ce que Carl Havelange nomme  une « recherche-compagne » (Havelange 2014), à la différence d’une recherche en  création, par ou sur l’art. Dans ce cadre, le GTE a pour objectif de produire une  réflexion nécessaire sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques de la  recherche académique lorsqu’elle est liée à une pratique artistique qui lui est  indissociable. Ces enjeux interrogent de manière centrale l’action créative en sciences et en arts et la posture de l’artiste-chercheur.se, entre distanciation et approche  sensible, engagement et neutralité axiologique.  

La recherche-création embrasse les arts visuels et sonores dans toute leur diversité et toutes leurs variations, des arts plastiques aux films et photographies  documentaires, en passant par le roman graphique ou encore les œuvres multimédia.  Le GTE vise à fournir un cadre fédérateur aux initiatives individuelles et collectives, qui se multiplient dans ce domaine mais qui restent relativement dispersées,  constituant des niches au sein des grandes institutions artistiques et académiques. En partenariat avec les instituts de recherche et d’enseignement et les lieux d’art et de  culture, le Groupe de Travail s’attachera à promouvoir et développer les recherches  scientifiques qui expérimentent de nouvelles écritures ainsi que les travaux d’artistes  ancrés dans une recherche en socio-anthropologie (comme c’est le cas des travaux de certains doctorats réalisés au SACRe ou encore au sein de l’école doctorale belge Arts  et sciences de l’art). 

La consolidation et le développement d’un réseau international de  chercheur.se.s-créateur.rice.s sera une des priorités du GTE. Le comité d’organisation,  travaillant depuis plusieurs années à créer des liens entre les chercheur.se.s-artistes et les institutions, en France, en Belgique et au Maroc, aura à cœur de poursuivre cette  dimension de mise en réseau internationale à travers et au sein l’AISLF.  

                                                        

Document constitutif du Groupe de travail émergeant de l'AISLF (GTE11)