MÉLANIE RAINVILLE

 

Mélanie Rainville a occupé différents postes au sein de fondations et de lieux de diffusion privés et publics canadiens à titre d'historienne de l'art. Elle a notamment occupé un poste de conservatrice à la Galerie Leonard-et-Bina-Ellen (Université Concordia, Montréal) qui a été déterminant dans son parcours. Tout en gérant, documentant et enrichissant une collection de près de 2000 œuvres, elle a développé simultanément une pratique curatoriale et une approche personnelle de l’art située au croisement de l’histoire, de la sociologie et de l’autocritique. Parmi les principales expositions collectives qu’elle a élaborées à cette époque, on compte Collectionner. Déclinaison des pratiques (2010) qui traite des pratiques de collectionnement institutionnelles, Interactions (2012) sur la réception des œuvres, et Spéculations (2014) sur l’interprétation des œuvres. Installée à Bruxelles depuis 2015, elle continue de s’interroger sur sa profession d’historienne de l’art à titre de chargée de la recherche à l’ISELP. Dans ce contexte, elle développe un laboratoire de recherche transversale où l’art se mélange à l’espace social, et lui donne différentes formes publiques. Elle valorise également les travaux de chercheur·euse·s en histoire de l’art et en sciences sociales à travers un programme de résidences scientifiques. Entre temps, elle a également partagé ses idées dans le contexte de publications, de colloques, de jurys et de l’enseignement.